Home | Store | Books | Photo-graphie | Paysages désorientés • Agnès Besson & Laurent Vignais

Paysages désorientés • Agnès Besson & Laurent Vignais

Share on social networks :

Paysages désorientés • Agnès Besson & Laurent Vignais

13,00

In stock (can be backordered)

Paysages désorientés

de Agnès Besson & Laurent Vignais

Collection Photo-Graphie

Laurent Vignais composes images from old and semi-modern postcards. Working by hand, by cutting and gluing, he upsets the balance and builds new perspectives. The series Paysages désorientés, with its almost abstract views, disturbs the gaze, upsets and challenges the viewer.

Inspired by these disoriented landscapes, Agnès Besson shares free thoughts on the notion of landscape. Bringing together personal memories and reflections of landscape thinkers and artists (Philippe Descola, Jean-Christophe Bailly, Martin de la Soudière, David Hockney in particular), it offers a vivid reading of what makes landscape common in Western culture – a look, a space, a moment – and what is usually kept out of the way, left out of the picture because it is not considered to be consistent with the wise and picturesque picture of a postcard.
Disoriented landscapes to divert, off-center and reconsider looks.

——–

The writers

Agnès Besson, docteure en philosophie, enseigne à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis, dans les départements d’Anthropologie-Ethnologie et d’Information-Communication. Elle est l’autrice de Lou Andréas-Salomé et Catherine Pozzi, deux femmes au miroir de la modernité (L’Harmattan, 2020) et de “Mise en récit, mise en savoir du corps malade”, in Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires, (PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2020) à partir du journal graphique Interdite de plage de Laurent Vignais, sous le pseudonyme de Victoire Vidal.

Laurent Vignais est plasticien. Il pratique la sculpture, la peinture, le dessin, le monotype, le collage, l’installation. Son travail s’intéresse à ce que nous avons en commun : le corps, les objets et les images que nous produisons, et la nature.

Extract

« Fermons les yeux. » C’est par cette paradoxale injonction que Françoise Cachin initie le chapitre qu’elle intitule « Le paysage du peintre » dans Les Lieux de mémoire, ainsi nous faut-il congédier le regard pour laisser affluer les images et espérer voir. C’est les yeux fermés qu’il nous faut aborder le paysage, en l’occurrence national. « Évoquons le paysage français. Les images passent : souvenirs privés, séquences de films, tableaux. Défilent au hasard des champs de blé, des bords de rivières, une vache près d’une mare, un canal où passe une péniche, un carré de choux, une route bordée d’arbres, un clocher à travers des branches, une falaise à Étretat, Antibes dans la brume. »
Indices, sédimentations, souvenirs, mémoire, le paysage procède par couches. Il est ainsi peuplé de quantités d’images antérieures, de données mémorielles ou statistiques, de recueils géographiques ou toponymiques, de marquages géométriques ou pétroglyphiques, de témoignages agricoles et de récits romanesques, de bribes confuses et archaïques qui viennent en dire le passé. Épaisseur sonore autant que visuelle.

--------

13X17cm à la française | 80 pages | couverture souple (vergé blanc) | dos carré collé
ISBN 978-2-9568325-7-7 | disponible en librairie à partir du 26 novembre 2021

--------

Printed by Jouve-Print in Mayenne.
Distributed by Serendip Livres.

Additional information

Weight 0.135 kg
Dimensions 2 × 14 × 22 cm
Support

Année

You might be interested in

Shopping cart
There are no products in the cart!
Continue shopping