Accueil | Catalogue | Livres | Photo-graphie | Paysages désorientés • Agnès Besson & Laurent Vignais

Paysages désorientés • Agnès Besson & Laurent Vignais

UGS : WARM#029 Catégories : , Étiquettes : , , , , , , ,

Partager sur les réseaux sociaux :

Paysages désorientés • Agnès Besson & Laurent Vignais

13,00

En stock (peut être commandé)

Paysages désorientés

de Agnès Besson & Laurent Vignais

Collection Photo-Graphie

Laurent Vignais compose des images à partir de cartes postales anciennes et semi-modernes. Procédant à la main, par découpage et collage, il bouleverse l’équilibre et construit de nouvelles perspectives. La série Paysages désorientés, avec ses vues quasi abstraites, perturbe le regard, bouscule et interpelle le regardeur.

Inspirée par ces paysages désorientés, Agnès Besson partage des pensées libres sur la notion de paysage. Convoquant souvenirs personnels et réflexions de penseurs et artistes du paysage (Philippe Descola, Jean-Christophe Bailly, Martin de la Soudière, David Hockney notamment), elle offre une lecture vivante de ce qui fait communément paysage dans la culture occidentale – un regard, un espace, un moment – et de ce qui, d’ordinaire, en est tenu à l’écart, laissé hors champ car jugé non conforme à la sage et pittoresque image de carte postale.
Des paysages désorientés pour dérouter, décentrer et reconsidérer les regards.

——–

Les auteurs

Agnès Besson, docteure en philosophie, enseigne à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis, dans les départements d’Anthropologie-Ethnologie et d’Information-Communication. Elle est l’autrice de Lou Andréas-Salomé et Catherine Pozzi, deux femmes au miroir de la modernité (L’Harmattan, 2020) et de “Mise en récit, mise en savoir du corps malade”, in Les savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires, (PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2020) à partir du journal graphique Interdite de plage de Laurent Vignais, sous le pseudonyme de Victoire Vidal.

Laurent Vignais est plasticien. Il pratique la sculpture, la peinture, le dessin, le monotype, le collage, l’installation. Son travail s’intéresse à ce que nous avons en commun : le corps, les objets et les images que nous produisons, et la nature.

Extrait

« Fermons les yeux. » C’est par cette paradoxale injonction que Françoise Cachin initie le chapitre qu’elle intitule « Le paysage du peintre » dans Les Lieux de mémoire, ainsi nous faut-il congédier le regard pour laisser affluer les images et espérer voir. C’est les yeux fermés qu’il nous faut aborder le paysage, en l’occurrence national. « Évoquons le paysage français. Les images passent : souvenirs privés, séquences de films, tableaux. Défilent au hasard des champs de blé, des bords de rivières, une vache près d’une mare, un canal où passe une péniche, un carré de choux, une route bordée d’arbres, un clocher à travers des branches, une falaise à Étretat, Antibes dans la brume. »
Indices, sédimentations, souvenirs, mémoire, le paysage procède par couches. Il est ainsi peuplé de quantités d’images antérieures, de données mémorielles ou statistiques, de recueils géographiques ou toponymiques, de marquages géométriques ou pétroglyphiques, de témoignages agricoles et de récits romanesques, de bribes confuses et archaïques qui viennent en dire le passé. Épaisseur sonore autant que visuelle.

--------

13X17cm à la française | 80 pages | couverture souple (vergé blanc) | dos carré collé
ISBN 978-2-9568325-7-7 | disponible en librairie à partir du 26 novembre 2021

--------

Imprimé par Jouve-Print à Mayenne.
Diffusé et distribué par Serendip Livres.

Informations complémentaires

Poids 0.135 kg
Dimensions 2 × 14 × 22 cm
Support

Année

Vous pourriez être intéressé(e) par

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats