Paysage(s)

UGS : WARM#027 Catégories : , Étiquettes : ,

Partager sur les réseaux sociaux :

Paysage(s)

16,00

En stock

Paysage(s) 

recueil de textes courts inédits de Wilfried N’Sondé • Virginia Bart • Jaunay Clan • Violaine Bérot • Velibor Čolić • Makenzy Orcel • Marlène Tissot • Olivier Maulin • Charles Robinson • Denis Michelis • Préface de Carole Martinez

« Offrir des paysages à des auteurs talentueux, les y installer pour quelque temps, c’est laisser un monde infuser dans leur regard. Bouilleurs de crus, bouilleurs de mots, ils nous affolent les sens, ils nous enivrent en métamorphosant l’espace en phrases. Ils ont distillé des paysages d’automne et d’hiver, paysages agricoles, sauvages, urbains, ils les ont avalés, dévorés, déformés. Ils se sont mêlés à ces lieux, pour nous offrir ce que leur sensibilité, leur imagination, leurs rêveries, en ont tiré. Ces quelques textes sont des chimères, mi-hommes mi-paysages. » Carole Martinez

Ce livre est édité en partenariat avec l’association Lecture en Tête à l’occasion des dix ans de la résidence d’écriture qu’elle organise en Mayenne.

logo 2014 quadri.jpg

12X19cm à la française | 192 pages | couverture souple avec rabats | dos carré collé
ISBN 978-2-9568325-4-6 | disponible en librairie à partir du 2 avril 2021

Imprimé par Floch à Mayenne.

Diffusé et distribué par Serendip Livres.

Fiche présentation Librairies Consulter quelques pages sur Calameo

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sommaire

  • Préface. Un paysage
    Carole Martinez __ 7
  • Avide tempête
    Wilfried N’Sondé __ 17
  • Mare montis
    Virginia Bart __ 31
  • Tu n’as vu ni Saint-Clair, ni Argelouse
    Jaunay Clan __ 43
  • Mayenne
    Violaine Bérot __ 59
  • Voyager, c’est partir un peu
    Velibor Čolić __ 79
  • Le dernier possible
    Makenzy Orcel __ 93
  • La carte du destin
    Marlène Tissot __ 107
  • La révolte des paysages
    Olivier Maulin __ 127
  • J’appelle ça une ferme de poète
    Charles Robinson __ 143
  • Couteau suisse
    Denis Michelis __ 169

- - - - - - - - - - - - 

Les auteurs

Carole Martinez est l'autrice de Le coeur cousu (Gallimard, 2007), Prix Renaudot des lycéens, Prix Ulysse, Prix Emmanuel Roblès, Prix Ouest-France/Etonnants Voyageurs, etc, Du Domaine des murmures (Gallimard, 2011), Prix Goncourt des lycéens, La terre qui penche (Gallimard, 2015) et Les roses fauves (Gallimard, 2020). Elle écrit également des scénarios pour la bande-dessinée.

Wilfried N’Sondé est l’auteur de six romans dont Le coeur des enfants léopards (Actes Sud, 2007), Orage sur le Tanganyika (Didier, 2014), Berlinoise (Actes Sud, 2015), Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud, 2018).

Virginia Bart est l’autrice de L’homme qui m’a donné la vie (Buchet Chastel, 2010) et de Le meilleur du monde (Buchet Chastel, 2015).

Jaunay Clan est l’autrice de Milosz ou l’idiot magnifique (L’Harmattan, 2007), Nostoc 15h58 (L’Harmattan, 2008), Portes (L’Harmattan, 2012) et Fergus, année sauvage (Les Allusifs, 2017).

Violaine Bérot est l’autrice de huit romans dont Jehanne (Denoël, 1995), Tout pour Titou (Zulma, 1999), Pas moins que lui (Lunatique, 2013) et Tombées des nues (Buchet Chastel, 2018).

Velibor Čolić est l’auteur de onze romans dont Les Bosniaques (Le Serpent à Plumes, 1994), La Vie fantasmagoriquement brève et étrange d’Amedeo Modigliani (Le Serpent à Plumes, 1995), Archanges (Gaïa, 2008), Jésus et Tito (Gaïa, 2010), Sarajevo omnibus (Gallimard, 2012), Manuel d’exil (Gallimard, 2016), Le livre des départs (Gallimard, 2020).

Makenzy Orcel a publié sept recueils de poésie et quatre romans dont La Douleur de l’étreinte (Deschamps, 2007), Les Immortelles (Zulma, 2012), L’Ombre animale (Zulma, 2016), Caverne (La Contre Allée, 2017), Le Chant des collines (Mémoire d’Encrier, 2017), Maître-Minuit (Zulma, 2018), Une boîte de nuit à Calcutta, co-écrit avec Nicolas Idier (Robert Laffont, 2019).

Marlène Tissot a publié dix recueils de poésie et une nouvelle, dont Celui qui préférait respirer le parfum des fleurs (La Vachette alternative, 2010), Nos parcelles de terrains très très vagues (Asphodèle, 2010), Un jour, j’ai pas dormi de la nuit (La Boucherie littéraire, 2018), Voix sans issue (Au Diable Vauvert, 2020).

Olivier Maulin est l’auteur notamment de Dernier combat (Rencontres, 2001), En attendant le roi du monde (L’Esprit des Péninsules, 2006), Les Lumières du ciel (Balland, 2011), Le dernier contrat (La Branche, 2012), Le bocage à la nage (Balland, 2013), Gueule de bois (Denoël, 2014), La fête est finie (Denoël, 2016), Les Retrouvailles (Le Rocher, 2017).

Charles Robinson est l’auteur de trois romans : Génie du proxénétisme (Seuil, 2008), Prix Sade 2008, Dans les cités (Seuil, 2011) et Fabrication de la guerre civile (Seuil, 2016).

Denis Michelis est l’auteur de La chance que tu as (Stock, 2014), Le bon fils (Noir sur Blanc, 2016), État d’ivresse (Noir sur blanc, 2019).

- - - - - - - - - - - - 

Revue de presse

Paysage(s), ecrireiciaussi, le 7 mai 2021

Dix ans de résidences d’écriture en Mayenne, organisées par l'association « Lecture en Tête ». La Mayenne est un département, c’est une rivière, et Mayenne est le nom d’une ville. Trois éléments qui font déjà, à seulement les écrire ainsi, paysages.

Pourtant les textes rassemblés dans cet ouvrage s’éloignent peu à peu de la Mayenne. C’est qu’on ne peut voir un paysage sans penser à un autre ou à une autre personne. Il y est question d’amour, de chemins où l’on souhaite rencontrer celle, celui à qui l’on pense, de lieux où l’on rencontre des gens à qui l’on ne pensait pas. Et, finalement, où l’on se rencontre soi-même. Aucune écriture ne ressemble à une autre, même si les auteur.e.s arpentent les mêmes rives, flânent dans les mêmes rues, boivent dans les mêmes cafés. Mais qu’est-ce donc qu’un paysage ? Spontanément, c’est la nature à quoi l’on pense. Des arbres, des champs, des pâturages, des cours d’eau, des collines, la mer… Les dix dont les textes sont ici publiés vous transporteront parfois ailleurs, à New York, à Paris, à Toulon. Parce que, sans doute, au fond, tout est lié. Parce que, bien sûr, comme l’écrit Charles Robinson, « le réel est la conséquence de nos actes ».

Carole Martinez a écrit la préface de ce livre dépaysant. Elle y note qu’« un paysage reste un lointain ». Qu’on ne l’apprécie qu’à distance. Quand on est dans le paysage, celui-ci perd quelque chose. On n’habite pas un paysage ; c’est le paysage qui nous habite. Quant à savoir si le paysage est éternel, elle a tendance à le penser : nous garderions en nous les paysages que nous avons chéris ; un détail peut les réveiller instantanément. Pourtant, elle témoigne de la destruction à coups de bulldozers du paysage qu’elle voyait de sa fenêtre : « J’ai compris qu’un paysage aimé pouvait disparaître sans que ce soit la guerre ». Mais, même disparu, elle le porte en elle et pense pouvoir le retrouver et revenir le hanter.

- - - - - - - - - - - - 

Autour du livre

Parcours d'éducation artistique et culturelle • Les 1001 vies du livre

En 2020, l'association Lecture en Tête célèbre les 10 ans de sa résidence d’écriture en Mayenne et accueille en micro-résidence les auteurs accueillis depuis 10 ans. En écho à cet anniversaire, les éditions WARM et Lecture en Tête ont invité, de janvier à mars 2020, 15 étudiants de 2e année du département MMI de l’IUT de Laval à découvrir la chaîne et les métiers du livre de manière active. Avec le soutien de Mobilis et de la Drac des Pays de la Loire.

Festival du premier roman de Laval (avril 2021)

Table ronde "Qu'en est-il du lieu de l'écriture ?", en présence d'auteurs ayant participé au projet Paysage(s), animée par Willy Durand des éditions WARM. Replay disponible ici.

Informations complémentaires

Poids 0.2 kg
Dimensions 2 × 1.000001 × 2 cm
Titre

Référence

Support

Année

Vous pourriez être intéressé(e) par

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats