Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 de Michaël Bourgatte

Partager sur les réseaux

16,00 €

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994
une histoire de militantisme  culturel et politique

France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec peu de moyens (souvent) et beaucoup d’inventivité (toujours). C’est le début de l’aventure Utopia

Une aventure marquée par de nombreux engagements (contre l’uniformisation de la pensée et de la création, contre les discriminations, pour la prise en compte des questions environnementales, etc.). Par des tentatives plus ou moins heureuses et des méthodes assez peu orthodoxes (Utopia candidat aux élections cantonales de 1992 !). Et surtout, par une vision dynamique de la salle de cinéma, lieu de vie et de partage au coeur de la Cité. 

Des premiers pas fougueux (et aixois) jusqu’à l’ouverture de La Manutention en 1994, une histoire en mode Do It Yourself riche en rebondissements. Une source d’inspiration.

------

Michaël Bourgatte s’est intéressé à l’exploitation cinématographique Art et essai, d’abord comme historien puis comme chercheur en communication. Il est le coauteur du livre Le cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics (MKF, 2012).

13X19cm à la française | 176 pages dont 16 pages hors texte couleurs (archives) et dessins de Charb | couverture souple | dos carré collé

ISBN 978-2-9556739-5-9 | disponible à partir du 6 avril 2018

Ouvrage édité avec le soutien du Centre National du Livre.

Imprimé par Jouve à Mayenne.

Diffusé et distribué par Serendip Livres.

,

- - - - - - - - - - - - 

Temps forts autour du livre

Rencontres-dédicaces avec Michaël Bourgatte :

• vendredi 16 mars 2018 de 15h à 18h au salon Livre Paris - stand de la Région des Pays de la Loire E39.

• vendredi 27 avril 2018 à partir de 20h au Cinéma Utopia d'Avignon.

• jeudi 17 mai 2018 à 18h30 à la Librairie du cinéma du Panthéon, Paris 5e.

- - - - - - - - - - - - 

Revue de presse (La Provence, Cahiers du cinéma, L'Obs)

Ce livre qui raconte les débuts du cinéma Utopia, Fabien Bonnieux, La Provence, mercredi 25 avril 2018.

C’était une autre époque. C’était sous Giscard. Cette année-là sortaient à la fois "Taxi Driver" et "Rocky". Deux visions du cinéma.

Avril 1976, à Avignon, à deux pas de la rue de la République, deux cinéphiles avertis, venus d’Aix-en-Provence, créent le premier Utopia dans la riquiqui rue Figuière. Anne-Marie Faucon, 71 ans aujourd’hui, et Michel Malacarnet, 74 ans, un inclassable duo, citoyen et engagé, dont l’aventure dans l’ombre du grand écran est racontée dans un livre passionnant, "Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994, une histoire de militantisme culturel et politique" (éditions Warm, 16.). Son auteur, le maître de conférences Michaël Bourgatte vient ce vendredi (dès 20h) à Utopia pour présenter son ouvrage et "refaire le match".

"Avec peu de moyens mais beaucoup d’inventivité", décrit l’auteur à propos de cette rocambolesque histoire fourmillant d’anecdotes, qui pourrait reposer sur ce précepte-là : une programmation hétéroclite différente des circuits commerciaux. Majoritairement "Art et essai" mais pas que. Michaël Bourgatte tresse le chemin d’un fougueux binôme, militant de la Version Originale, ce qui dans les 1970’s, n’était pas monnaie courante.

À travers ces 170 pages, il est question des débuts chaotiques, avec un électricien qui déserte très vite, et plus que tout d’une adhésion immédiate des Avignonnais: 120 spectateurs quotidiens durant les neuf premiers mois d’exploitation, en 1976-1977, c’est déjà une victoire en chantant. Mais déjà, il y a 42 ans, ces créateurs férus de débat ouvert ne sont pas à une contradiction près : anticléricaux, leur première salle naît dans l’ex-chapelle Saint-Antoine. Antiaméricains (au sens capitalistique), ils auront pour bailleur le gouvernement américain rue Figuière!

En tournant les pages, on sourit à l’évocation de Pierre Pezet, alors gérant du cinéma le Palace, qui négocie avec les distributeurs et prive Utopia de certains films. Et on rit en regardant les dessins de Charb, qui avant de devenir le boss de "Charlie Hebdo", fut stagiaire à Utopia. "Continuer à cultiver l’alternative", ponctue Anne-Marie Faucon. Une manière de ne pas s’appesantir sur le passé pour parler de demain.

Chronique, par Laura Tuillier, Cahiers du cinéma, mai 2018.

En retraçant la genèse de la création du réseau de salles indépendantes Utopia, Michaël Bourgatte, chercheur en communication, s'intéresse tout particulièrement au premier cinéma Utopia, ouvert à Avignon en 1976 par Anne-Marie Faucon et Michel Malacarnet. Inspiré par le vent de localisme et d'associatif post-68, le couple défend une programmation Art et Essai exigeante et favorise également la sortie de films qui menacent de n'être jamais distribués.

On comprend comment peu à peu, et c'est la partie la plus intéressante du livre, ils en viennent au projet d'intégrer tous les maillons de la chaîne au proje tUtopia : d'abord une gazette mensuelle pour défendre les films qu'ils programment, ensuite une percée dans la distribution de 1982 à 1988 (en 1983, ils distribuent En haut des marches de Paul Vecchiali), puis la création du réseau de salles à partir de 1981, avec à la clef des années de difficultés financières.

En effet, contrairement à un système intégré comme celui de MK2, Utopia se développe en gardant ferme le cap de l'associatif, et nourrit une méfiance envers le mercantilisme. Lorsque, pour sauver l'Utopia d'Avignon, ils se présentent aux cantonales de 1992, on peut ainsi lire sur leur programme : « pour qu'en bon Utopiste on puisse encore rêver d'un monde un peu moins féroce (…), un peu moins hostile aux non rentables. » Le combat continue.

Cahiers du cinéma

Critique, L'Obs, 21 juin 2018. **

Comment échapper à la loi du marché, au cinéma?

Quelques rêveurs fondent, en 1976 à Avignon, un lieu unique, Utopia. Films en marge, idées de combat, système D… Pendant dix-huit ans, Anne-Marie Faucon et Michel Malacarnet font tourner la boutique, malgré le manque de moyens et les difficultés du quotidien.

Michaël Bourgatte reconstitue cette aventure hors du commun, qui témoigne des idéaux de Mai-68 et de la nécessité d’une cotre-culture inventive.

Aujourd’hui, l’art et essai a-t-il encore le droit d’exister?

ArtisteMichaël Bourgatte
TitreLe cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
RéférenceWARM#016
SupportLivre
Année2018

A découvrir également...

On oublie souvent qu’il existe, disséminées un peu partout sur le territoire français, des salles de cinéma associatives. Le Trianon au Bourgneuf-la-Forêt est l’une d’entre elles. Gérée et animée par des bénévoles depuis plus de 50 ans, son histoire singulière et exemplaire permet de mettre en perspective les évolutions qu’a connu durant cette période le cinéma français dans son ensemble. Ces évolutions ont été autant de défis que les...

En stock