Accompagnement du film Le Bel Antonio de Mauro Bolognini

Catégorie: Cinéma Date: lundi, mars 5, 2018 Hit: 258

Après une première enthousiasmante au cinéma Ariel de Mont-Saint-Aignan le 17 février dernier, Willy Durand (WARM) accompagne la ressortie en salles de Le Bel Antonio, un film de Mauro Bolognini avec Marcello Mastroianni, Claudia Cardinale et Pierre Brasseur distribué par Théâtre du Temple (sortie nationale le 28 mars 2018).

*Interventions proposées en partenariat avec l'ADRC Patrimoine et dans le cadre de la 4e édition du festival Play It Again ! organisée par l'Association des distributeurs de films de patrimoine.

• mercredi 18 avril à 20h au cinéma Bel-Air à Mulhouse*

• vendredi 20 avril à 20h au Cinématographe à Nantes*

• mercredi 25 avril à 20h30 au Trianon au Bourgneuf-la-Forêt

,

Le film

« Un jour, je te laissai, égaré par mes sens et m’en allai. Je partis pour l’étranger, à la recherche de l’amour. Été comme hiver, je cherchai l’amour. Je cherchai encore. Je cherchai plus loin mais ne trouvai point d’amour. Le coeur malade je rentrai à la maison. »

Lorsqu’il lit puis récite ce texte (tiré du livre Il bell’Antonio de Vitaliano Brancati dont le film est l’adaptation) qui résume bien sa situation, Antonio, désespéré, est dans sa chambre dans la maison familiale de Catane où il vient d’arriver après un long séjour et une vie insouciante à Rome. C’est son père, Alfio, qui lui a demandé instamment de rentrer afin qu’il envisage sérieusement de se marier. À peine arrivé son père le reçoit dans son bureau pour lui préciser ce qu’il attend de lui : non seulement il doit se marier mais il doit de préférence le faire avec Barbara Puglisi qu’Antonio n’a jamais vu… Barbara Puglisi est une jeune femme, belle, « sage » et issue d’une famille très riche dont Antonio va immédiatement tomber amoureux en trouvant par hasard une photographie d’elle… Antonio rencontre enfin l’amour qu’il espère depuis longtemps au plus profond de lui-même, mais aimer un « ange » n’est pas toléré…

Tourné en 1959, Le Bel Antonio est le dixième long métrage de Mauro Bolognini. Il avait le désir de tourner ce film depuis plusieurs années déjà mais ne trouvait pas d’adaptation scénaristique du livre de V. Brancati satisfaisante jusqu’à ce qu’il collabore avec Pier Paolo Pasolini. Ce dernier avait déjà travaillé avec Mauro Bolognini pour Les Jeunes maris (1958) et Les Garçons (1959) et continuera après Le Bel Antonio, le temps d’un dernier film, Ça s’est passé à Rome, tourné en 1960. Pasolini écrira, après avoir visionné le film, qu’il est « extraordinaire » et qu’il « révèle un réalisateur de premier ordre » bien que le film s’éloigne énormément du texte de Brancati et de son propre scénario. « Extraordinaire » est le mot juste tant le film de Mauro Bolognini repose sur un argument, l’impuissance physique d’Antonio confronté au grand amour, qui, comme la majorité des films précédents du réalisateur aurait pu faire l’objet d’une simple comédie voire d’une farce. Au contraire Mauro Bolognini réalise une oeuvre insidieusement subversive révélant le machisme, l’hypocrisie et les contradictions d’une société bourgeoise et cléricale.

Dossier de presse du distributeur (Théâtre du Temple) ici.

,

,

Commentaires

Laisser un commentaire